AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
# N'oubliez pas de voter pour SHEHERON ™️ sur TOP 50 Rpg !
# N'hésitez pas à poster sur Bazzart & PRD et faire connaître le forum !
# Halte Invité ! Es-tu prêt à te lancer dans la quête de pouvoir pour la mystérieuse île de Sheheron?
# Les temps sont difficiles, continent ou pas... chapitre II
# Pour des raisons de surpopulation, nous n'acceptons plus les inventés de Farelden !
# Farelden: glacial, neige, pluie. || Calenhaad: clément, globalement ensoleillé.
# Ilmaen: frais, globalement nuageux. || Haldreïn: froid, ensoleillé.
# Albyon: frais, ensoleillé. || Sheheron: chaud, couvert.
La tendance est au noir et blanc actuellement, suivrez-vous la mode ?
Les signatures se teintent de nostalgie et prennent les couleurs de Disney, rendez-vous ICI pour en savoir plus

Partagez | 
 

 courage is resistance to fear, mastery of fear, not absence of fear. — feat. Valenna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GOD ☞ i'm a fighter

avatar

☞ MESSAGES : 980
☞ ARRIVÉ(E) LE : 22/01/2012
☞ LOCALISATION : J'ai quitté Denerim (Farelden) il y a un mois. Je suis désormais à Sheheron, où je compte honorer ma mission.

Carnet de voyage
☞ CITATION: « Je lui aurais volontier pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: courage is resistance to fear, mastery of fear, not absence of fear. — feat. Valenna   Sam 23 Juin - 10:53

« courage is resistance to fear, mastery of fear, not absence of fear »
VALENNA & MARKUS ♦ un nouveau monde


Je marchais rapidement dans l’ombre des couloirs du Conseil, je n’étais absolument pas censé me trouver ici. Les Raleigh avaient tout envahi en très peu de temps, autant Sheheron que Denerim, selon les rumeurs (je n’ai été prévenu de rien, le courrier semble intercepté et contrôlé). Ils étaient arrivés à l’improviste, aucun de nous ne les avait vu venir. Ils étaient nombreux, nous ne pouvions pas engager une bataille, d’autant plus que le peuple de Sheheron les avait accueilli à bras ouverts et que nous risquions de blesser des civils. Je n’étais pas prêt à prendre ce risque, pas encore, pas sans heurter Leandra ou Valenna. Mes hommes et moi avons donc quitté la capitale mais recherchés par les troupes des Raleigh, nous avons du nous disperser. J’espère qu’ils ont tous abandonnés leur tenue pour une plus locale et qu’ils se cachent bien… Je pense toujours à eux, ces hommes sont des vies et ce n’était pas le moment de les perdre. Des bruits de pas me parvinrent et, plus impulsif que réfléchi, je m’engouffrais dans la salle à ma gauche, au risque d’être vu par quelqu’un à l’intérieur. Mais en me retournant, je pus constater qu’elle était vide… Ou presque. Elle donnait sur une autre pièce, la porte était ouverte, et aux voix qui en sortaient, je devinais qu’elle était occupée. Doucement, méthodiquement, je m’approchais pour voir de qui il s’agissait. Collé au mur, j’essayais de comprendre le plus possible le contenu de la conversation. J’étais sûr de connaître une des voix. « Ces hommes ne sont pas bons, même s’ils disent vouloir nous protéger. Nous nous sommes toujours bien portés avant l’arrivée de ces Continentaux ! » « C’est certain. Nous devons préparer une Résistance avec ceux qui ne leurs font pas confiance » Je me penchais un peu, de façon discrète afin de ne pas me faire repérer, et compris à qui appartenait cette voix qui m’était familière. Valenna. La seule au courant de ma cachette. Peu avant l’invasion, j’avais reçu une lettre m’invitant à choisir une épouse pour former une sorte d’alliance Farelden-Sheheron, et mes pensées s’étaient portées sur la sœur de Leandra. Je l’appréciais et elle était bien placée dans le gouvernement de l’île, mon père n’aurait rien eu à critiquer. Elle avait accepté ma demande (j’avoue avoir été surpris !)… Puis ils avaient débarqués, ce Cylas et ses hommes. Je ne pouvais pas rester ici plus longtemps et je quittais la salle avec autant de discrétion que lorsque j’étais entré. Quitter le palais fut difficile mais au moins, le voyage avait servi. J’étais venu chercher des informations, je pensais n’avoir rien trouvé, et finalement, je découvrais qu’ils allaient créer une Résistance. Et je voulais, je devais en faire parti, quoi qu’il arrive. Je prenais ce petit passage non fréquenté que Leandra m’avait montré lors d’une de nos premières rencontres et retournais dans la forêt, seul endroit où je pouvais correctement me cacher. J’avais trouvé une petite caverne très discrète près de l’Arbre de la Vie et j’y avais élu domicile, pour peu de temps je l’espère. Je n’avais aucune idée de ce qu’étaient devenus Aleksander ou Leandra. Emprisonnés ? Torturés ? Morts ? Penser à eux était douloureux et pourtant, je ne pouvais m’empêcher de le faire. C’était plus fort que moi. J’avais caché mon épée derrière un rocher et je me contentais de mon poignard quand je me déplaçais, beaucoup plus discret et pratique. Je ne devais pas m’encombrer. Je buvais un peu d’eau de ma gourde que j’allais chercher tous les matins, très tôt, dans un petit ruisseau tout près. Je n’avais jamais autant vécu à la sauvage et l’absence d’arc rendait la chasse difficile, mais j’étais débrouillard… Et je n’avais pas besoin d’une biche pour me nourrir, de plus petites bêtes étaient suffisantes pour un homme seul. Je m’assis à même le sol, n’ayant rien, et enfouissais ma tête dans mes bras, recherchant un semblant de paix durant ne serait-ce que quelques secondes. Tout avait évolué en si peu de temps, c’était beaucoup trop déroutant. Je n’avais strictement aucune idée de ce qui se passait réellement à Denerim. Ce que les hommes de Cylas disaient était-il vrai ? Denerim était-elle assiégée, et toute ma famille prise au piège ? Je me sentais incroyablement seul et pourtant, je n’avais pas le droit de me décourager. Si c’était vrai, alors tout le monde avait besoin de personnes capables de se battre, de résister, de défendre. Je devais me tenir debout et tout faire pour arranger cette situation infernale. Et regarder mon environnement me suffisait pour me donner envie de gagner : vivre dans une grotte, c’est sympa deux jours, et encore. À ce moment même, j’entendis quelqu’un pénétrer dans ma chère demeure. Sans un bruit, j’attrapais mon épée, seul souvenir du royaume d’où je viens, et me préparais à un possible combat. Il pouvait s’agir de Valenna comme il pouvait s’agir d’un soldat des Raleigh. Je poussais un soupir de soulagement en reconnaissant la personne et reposais mon arme à côté de moi. « Bonjour Valenna. J’espère que tu n’as pas été suivie… » Je me relevais par politesse, n’ayant pas oublié mes bonnes manières malgré mes conditions de vie un peu sauvages, et l'invitais à me rejoindre.

_____________________________________________________________


Aladdin:
 
what do we say to the God of Death ? not today:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☞ MESSAGES : 27
☞ ARRIVÉ(E) LE : 22/05/2012
☞ LOCALISATION : Sheheron

Carnet de voyage
☞ CITATION: Everyone deserves light
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: courage is resistance to fear, mastery of fear, not absence of fear. — feat. Valenna   Sam 23 Juin - 17:25

J’étais tendue. Mon île était aux mains des ravisseurs, mon peuple leur vouait quasiment un culte, ma sœur était retenue en otage et mon fiancé en était réduit à vivre dans une caverne ! Un peu plus et j’en pleurerais de rage. Mais au lieu de me morfondre, je préférais féliciter le destin de me permettre de faire quelque chose. Contrairement à certains membres du conseil, et à Léandra, mon escorte Raleigh était très limité. Peut-être parce que je m’étais montrée docile ? Je ne préférais pas comprendre les raisons de ce non-intérêt. J’avais de toute façon trop à faire. Je ne sais pas qui avait construit la demeure des chefs de transactions, mais il était aussi ingénieux qu’inconnu. Dans la chambre du maître se trouvait un passage menant à la salle du trésor. Je n’osais même pas imaginer à quoi il aurait pu servir pour mes prédécesseurs. Je me vêtis d’une longue cape sombre et empaqueta des vivres, soit fruits, pain, vin, lait, biscuits, et saucissons, dans une épaisse couverture couleur de roche. Le tout sous le bras, mon visage dissimulé par la capuche, je m’élançais dans le tunnel.
Je profitais de ce moment à couvert, seule face à moi-même, pour réfléchir à la situation. Plus tôt, dans la journée, ma femme de chambre m’avait confirmé ce que je pensais. Le peuple appréciait de moins en moins l’envahisseur, ce qui déclencha en moi un fort sentiment de puissance. La haine du peuple était la meilleure arme au combat du genre qui se préparait. Certaine d’être hors de portée d’oreilles indiscrètes, j’avais soufflé un mot sur la résistance. Je savais pertinemment que la simple envie de renvoyer les continentaux ne serait pas suffisante. C’est pourquoi, le reste de la journée, j’avais compté et recompté mon or, calculant combien de mercenaires je pourrais me permettre d’engager. Et toute la journée, mes pensées allèrent à Markus. C’était un combattant hors-pair, et il ne serait pas de trop dans les rangs. Mais j’évitais d’y penser. S’il se retrouvait mêlé à cela, ça ne ferait qu’aggraver la situation dans sa capitale, s’il elle était bel et bien aux mains des Raleigh. Je n’osais même pas imaginer ce qu’il se passerait si Markus y était blessé, ou pire, tué. La situation ne pouvait le permettre. Je ne pouvais, ne voulais pas le permettre. Je pensais ensuite à Maelon. Le connaissant, il souhaiterait sûrement mettre les continentaux à l’eau, à grands coups de pieds aux fesses. Et il me devait une petite fortune. Fallait-il encore mettre la main sur lui. Mon garde du corps m’avait juré fidélité et craché plusieurs fois sur le nom Raleigh. Et apparemment en compagnie d’une douzaine d’autres gardes. Il m’avait d’ailleurs assurés qu’ils étaient prêts à donner leurs vies, et qu’ils n’en attendaient que l’ordre. Je souris à cette pensée. Je libérerais et ma sœur, et mon île, ou je renierais mon nom et même ma vie.
Le temps de mes délibérations intérieures, j’avais déjà atteint le Palais du Peuple. Le connaissant comme le dos de ma main, il ne fut pas difficile d’en sortir sans être repérée. Une fois dehors, je n’eus qu’à suivre le chemin de terre inhabité que Mère m’avait montré, des années plus tôt. Je me retournais plusieurs fois pour être sûre de ne pas avoir d’invité surprise et finalement pénétrais dans la caverne de Markus.
Il baissa son épée lorsque je découvris mon visage. « Bonjour Valenna. J’espère que tu n’as pas été suivie… ». Je lui souris, pour le rassurer plus que par véritable envie. « Rassure-toi, ils n’ont pas vécu ici. Moi si. » J’étais heureuse de le voir, plus que ce à quoi je m’attendais. Il avait pourtant l’air fragile, sur le point de se briser. Il était de mon devoir de le protéger, et je ne supportais pas de le voir ainsi. Basculant mon paquet sous mon bras gauche, je tendis la main droite vers sa joue. Mais que dire ? Que tout allait bien se passer ? Que j’étais désolée ? Le premier était un mensonge effronté et le second une bien piètre consolation. Je me contentais donc de soutenir son regard, lui transmettant silencieusement tous les bons sentiments qu’ils me restaient. J’éloignais finalement ma paume de son visage, consciente du malaise que cela pouvait provoquer. Je regardais son antre et le seul point positif que j’y trouvais est qu’elle était sèche. « J’ai fait tout ce que j’ai pu pour venir avant, mais il est difficile de faire ce qu’on veut ces temps-ci… ». C’était vrai. J’avais passé les derniers jours à négocier la libération de Léandra et à lancer des rumeurs sur le départ de Markus. Et les nuits, je les passais à assurer aux Raleigh que je ne tenterais rien de stupide. Promesse en l’air, évidemment. « J’ai apporté des vivres » dis-je alors, en posant délicatement la couverture sur le sol, « et une couverture. Les nuits peuvent être fraîches. ». Je déballais le tout à même le sol, faute de support digne de ce nom. Une fois mon labeur terminé, je me relevais et fis face à mon fiancé. « Je jure sur les ancêtres que cette situation ne durera pas »

(HRP : Je ferais la mise en page plus tard ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GOD ☞ i'm a fighter

avatar

☞ MESSAGES : 980
☞ ARRIVÉ(E) LE : 22/01/2012
☞ LOCALISATION : J'ai quitté Denerim (Farelden) il y a un mois. Je suis désormais à Sheheron, où je compte honorer ma mission.

Carnet de voyage
☞ CITATION: « Je lui aurais volontier pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: courage is resistance to fear, mastery of fear, not absence of fear. — feat. Valenna   Sam 23 Juin - 18:33

Markus S. Blackrain a écrit:
« courage is resistance to fear, mastery of fear, not absence of fear »
VALENNA & MARKUS ♦ un nouveau monde


« Rassure-toi, ils n’ont pas vécu ici. Moi si. » Je lui rendis son sourire, heureux d’avoir un peu de compagnie. Tout le monde était surveillé, secrètement ou non. Je devinais qu’il était difficile pour Valenna de me rendre visite et j’étais reconnaissant qu’elle brave tous les dangers possibles pour veiller sur moi. Vu la situation, je ne pouvais pas aussi bien veiller sur elle sans risquer de me faire contrôler puis emprisonné ou tué, selon l’humeur du représentant des Raleigh. Ma fiancée posa sa main sur ma joue et je devais avouer que je n’avais pas eu d’aussi doux contact depuis un moment. Je fermais les yeux un moment, profitant de ce geste affectueux. « J’ai fait tout ce que j’ai pu pour venir avant, mais il est difficile de faire ce qu’on veut ces temps-ci… » Je lui souris à nouveau, conscient qu’elle était surveillée par quelques gardes. Je n’avais aucune idée de comment elle faisait pour quitter sa demeure sans se faire attraper, mais elle ne s’était jamais faite avoir jusqu’à présent, et j’espérais que cela dure longtemps. J’avais énormément besoin d’elle et en tant que fiancé, je devais la protéger... Et ne pas pouvoir remplir ce rôle correctement était assez pour me sentir faible. « J’ai apporté des vivres » Elle déposa le paquet au sol et le déplia pour me laisser voir ce qu’il contenait. J’étais actuellement très fier de l’avoir pour fiancée, elle était si attentionnée que c’en était troublant parfois. « Et une couverture. Les nuits peuvent être fraîches. » En effet. Venant du nord, j’ai été habitué à bien pire mais parfois, la température baissait énormément le soir, comme dans le désert. Dormir dans le froid n’est pas très agréable, d’autant plus que je n’ai pas de matelas. Je ne suis protégé que du vent ici. « Je jure sur les ancêtres que cette situation ne durera pas » J’avais confiance en ses ancêtres, ses ancêtres qui étaient aussi ceux de Leandra qui était je ne sais où. Je chassais son image de ma tête, ce n’était absolument pas le moment, pas en présence de Valenna. « Et je le jure sur mes Dieux » Face à elle, je vins attraper ces mains comme n’importe quel fiancé le ferait dans une pareille situation (un fiancé consentant au mariage je veux dire). « Merci Valenna, merci beaucoup » M’accroupissant au sol, je regardais ce qu’elle m’avait apporté en détail : des fruits, du pain, du saucisson, des biscuits, du lait et même du vin. Laissant tout cela sur un coin de la couverture, j’invitais ma fiancée à venir s’asseoir près de moi. Finalement, Leandra refit surface dans mes pensées et je ne pus m’empêcher de lui poser la question, cette question qui me tracasse depuis des nuits. « Sais-tu où se trouve ta sœur ? Je n’ai aucune nouvelle, cela m’inquiète… » Nous étions tous inquiets d’une manière ou d’une autre, pour une raison ou pour une autre. Je ne comprenais pas que certains habitants les acceptent aussi facilement… Mais à chaque fois, je repensais à mon arrivée. Ceux qui les accueillaient étaient souvent ceux qui m’avaient ouvert les bras. Je ne pouvais pas leurs en vouloir. Je me perdis dans mes pensées et mon regard devait être vide mais je revins vite à la réalité. « Je ne sais rien de ce qui se passe dehors. Seules des rumeurs me parviennent lorsque je marche, caché, dans les rues de Par Volen les rares fois où je réussis à pénétrer dans la capitale. Comme cet après-midi » Je ne savais pas comment lui avouer que je l’avais entendue parler de résistance, que j’avais surpris une de ses conversations… Je n’en avais écouté qu’une ou deux phrases, mais il s’agissait tout de même de sa vie, de son intimité en quelque sorte. Je devais avouer que je m’en voulais de m’être approché autant, mais si je ne l’avais pas fait, aurais-je été au courant de leur projet ? M’en parlerait-elle ? Était-elle là pour cela aussi ? Pour une fois, je réfléchissais avant d’agir et décidais de ne rien avancer. C’était à elle de décider si elle voulait me parler de son projet ou non. Si elle ne le fait pas, c’est qu’elle a ses raisons (même si je ne pense pas pouvoir empêcher le fait que je serais un peu vexé). « J’avoue avoir peur, Valenna. J’ai peur de ce qui pourrait nous arriver ».

[HRP : dans mon RP avec Lele, c’est Valenna qui a dit à Markus qu’elle se trouvait dans une maison anciennement abandonnée au bord de la route, vers le marché. Je te préviens pour répondre à la première question Arrow Voilàà I love you )

_____________________________________________________________


Aladdin:
 
what do we say to the God of Death ? not today:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☞ MESSAGES : 27
☞ ARRIVÉ(E) LE : 22/05/2012
☞ LOCALISATION : Sheheron

Carnet de voyage
☞ CITATION: Everyone deserves light
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: courage is resistance to fear, mastery of fear, not absence of fear. — feat. Valenna   Dim 24 Juin - 17:35



VALENA && MARKUS
dragon and eagle against lion
« Et je le jure sur mes Dieux ». Je ne savais pas vraiment si ses Dieux étaient réels, ou si mes ancêtres pouvaient nous entendre, mais je ne pus m’empêcher de lancer un petit appel au secours à chacun d’eux. À vrai dire, ils étaient sans doute les seuls à pouvoir nous sortir de là… Markus me prit les mains et me remercia. « Je suis plutôt désolée de ne pouvoir faire que cela… ». Le mot exact aurait été ‘ enragée’, mais il ne convenant pas à la conversation. Alors qu’il s’attardait sur ce que je lui avais rapporté, j’oscillais sur le fait de l’informer de… un peu tout. Premièrement, l’accès à ma chambre depuis le palais. Il avait beau être mon futur époux, cet accès passait par la salle des trésors. Je ne doutais pas de son honnêteté, mais j’étais certaine qu’il se ferait décapité par Warand s’il était surpris. Et éviter les Raleigh était déjà un travail éreintant. Tout réfléchi, je ne dirais rien sur ce fait.
Alors que les grillons chantaient leur litanie, je m’installais aux côtés de Markus, profitant de ce petit moment d’intimité pour remettre de l’ordre dans mes pensées. Encore une fois, je ne pus m’empêcher d’imaginer milles stratagèmes pour libérer ma sœur. Et au moment où j’en évaluais un des plus farfelus, Markus m’interrogea sur Léandra. « Sais-tu où se trouve ta sœur ? Je n’ai aucune nouvelle, cela m’inquiète… ». Je n’étais pas vraiment heureuse de devoir penser à ce moment. « Ils l’ont emmenée devant moi… Dans une cabane, enfin une maison, abandonnée, proche de la route principale, mais cachée par des hautes haies. J’aurais pu… J’aurais dû… » Les mots restèrent coincés. La culpabilité me prit comme un loup à la gorge. Il ne leur avait fallu que quelques secondes pour enlever Léandra et j’avais assisté impuissante à la scène. Mais je savais que me morfondre n’arrangerait pas les choses, les empireraient, même. Alors je me mordis la lèvre inférieur, baissait les yeux un instant, et les relevait vers Markus, qui semblait presque aussi perdu que moi dans ses pensées. « Je suis désolée. ». Je m’efforçais de chasses Léandra de mon esprit, il était à l’heure actuelle inutile d’y penser. Je me jurais cependant d’égorger chacun de ses geôliers, de mes mains, s’il le fallait.
« Je ne sais rien de ce qui se passe dehors. Seules des rumeurs me parviennent lorsque je marche, caché, dans les rues de Par Volen les rares fois où je réussis à pénétrer dans la capitale. Comme cet après-midi ». Il m’avait entendu ! Enfin, quelle paranoïaque égocentrique je faisais! Il était possible qu’il ait entendu autre chose. Je me mis à réfléchir à 100 à l’heure. Fallait-il lui parler de la résistance ou clore le dossier avant même de l’avoir ouvert ? J’étais tiraillée. D’un côté, il serait dommage de commencer notre ‘relation’ sur des mensonges. Et s’il m’avait réellement entendue comme je le soupçonnais, il y avait des chances qu’il ne me face jamais confiance après. De l’autre, je connaissais chaque jour un peu plus Markus et je savais qu’il n’hésiterait pas à ce jeter corps et âme dans la future rébellion. Oui, il était un excellent combattant, doublé d’un chef charismatique, mais le perdre serait un désastre pour Sheheron comme pour Denerim. Quant à Léandra, je n’osais même pas imaginer ce qu’elle deviendrait sans son précieux ‘ami’. Et malgré toutes mes tentatives pour le nier, cela me détruirait. « Je ne sais pas ce que tu as entendu… mais le gens parlent beaucoup contre les Raleigh, ces temps-ci. »
J’avalais ma salive, hésitante. « J’avoue avoir peur, Valenna. J’ai peur de ce qui pourrait nous arriver ». Cette phrase suffit à elle seule à me sortir de ma torpeur. « Il ne nous arrivera rien de terrible tant que je serais là ». Je me retournais vers lui, avec ce regard de braise que j’avais lorsque je voulais absolument quelque chose. « Je te le promets, je sauverais Léandra et rien ne t’arrivera. Tu es encore notre invité, et mon fiancé. Les Blackrain seront bientôt ma famille et je protègerais tous ceux qui sont sous leur bannière, au même statut que les insulaires ». Oubliant totalement mon mutisme de tout à l’heure, je continuais. « J’ai commencé à réunir des gens, et j’ai assez d’or pour en payer d’autres. Mes concitoyens, aussi avides soient-ils, préfèreront toujours une paie immédiate à une promesse d’or. Je n’ai vu aucun gros coffre, aucun bijou du côté des Raleigh, j’ai donc l’avantage. ». Je faisais plutôt l’inventaire oral de mon raisonnement qu’une explication à Markus. Préférant ne pas aller plus loin dans les détails, pour ne pas donner de faux espoirs et surtout pour ne pas lui donner envie de s’engager, je coupais court.
« De quoi as-tu entendu parler, aujourd’hui ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GOD ☞ i'm a fighter

avatar

☞ MESSAGES : 980
☞ ARRIVÉ(E) LE : 22/01/2012
☞ LOCALISATION : J'ai quitté Denerim (Farelden) il y a un mois. Je suis désormais à Sheheron, où je compte honorer ma mission.

Carnet de voyage
☞ CITATION: « Je lui aurais volontier pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien »
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: courage is resistance to fear, mastery of fear, not absence of fear. — feat. Valenna   Mar 26 Juin - 13:21

Markus S. Blackrain a écrit:
« courage is resistance to fear, mastery of fear, not absence of fear »
VALENNA & MARKUS ♦ un nouveau monde


Je passais ma main sur mon front, soudain encore plus en colère contre les troupes venant de Haldreïn. Pensaient-ils réellement que Leandra Paragon allait leurs dévoiler quoi que ce soit ? Jamais je n’avais vu un peuple aussi loyal, aussi prêt de la notion de sacrifice. Peu de lâches, beaucoup d’hommes et de femmes plein d’honneur et prêts à tout, même la mort, pour protéger les leurs. Je ne sus comment réagir face à Valenna qui semblait s’en vouloir alors qu’elle n’y était strictement pour rien. Si elle avait réagi, ils n’auraient fait que l’emmener aussi, et nous avions besoin d’elle. J’avais besoin d’elle. Elle s’excusa mais je ne compris pas pourquoi : selon moi, elle en avait déjà fait beaucoup et elle n’avait rien à se reprocher, mais j’étais bien placé pour savoir qu’il était facile de se tenir coupable de tel ou tel événement. Nous avons tous tendance à se sentir responsable quand du mal arrive à nos proches… Mais nous devions chasser ce sentiment de culpabilité et rester fort, sinon nous n’avancerons pas. Pour changer de sujet, voyant très bien que celui de Leandra était douloureux pour nous deux, je décidais de commencer à parler de mon après-midi. Je ne savais pas si je devais lui avouer que j’avais entendu un bout de sa conversation avec une personne que je n’ai su identifier, ou si je devais garder le silence et lui laisser le choix de me parler ou non de ce projet de résistance. Valenna mit beaucoup de temps à répondre ce qui m’aurait étonné en temps normal, mais la situation actuelle était si tendue que je n’avais aucune raison valable pour me poser des questions. Savait-elle quelque chose ou était-ce simplement un moment de transition entre un sujet douloureux et un sujet qui l’est moins ? « Je ne sais pas ce que tu as entendu… mais le gens parlent beaucoup contre les Raleigh, ces temps-ci. » Je ne pus m’empêcher de sourire malgré le côté dramatique de ce qui arrivait à Sheheron : si les insulaires perdaient confiance, alors l’idée de résistance était excellente. Ils sont peut-être peu nombreux, mais ils connaissent cette île, ils connaissent ses points forts et ses faiblesses, et ils sont aussi d’excellents guerriers. Et pas seulement les Stakka ! Les hommes que j’ai accepté d’entraîner après que Leandra me les ait présentés sont devenus de très bons soldats eux aussi. Cette conversation était si étrange qu’elle était sans cesse ponctuée de silence. La grotte elle-même était silencieuse, même pas un écho. J’avouais finalement que j’avais peur : depuis que les troupes envoyées par les Raleigh étaient arrivées, cette boule au ventre n’était pas partie. Plus les jours passaient, et plus je m’inquiétais, autant pour l’île que pour Farelden et Denerim. « Il ne nous arrivera rien de terrible tant que je serais là » Je tournais la tête vers Valenna, admirant ce regard de braise qui pouvait redonner confiance à n’importe qui. Tant que nous étions soudés, rien ne pouvait arriver. Normalement. Je l’espérais. « Je te le promets, je sauverais Léandra et rien ne t’arrivera. Tu es encore notre invité, et mon fiancé. Les Blackrain seront bientôt ma famille et je protègerais tous ceux qui sont sous leur bannière, au même statut que les insulaires » Ses mots avaient comme le pouvoir de nous faire sourire. J’aurais aimé passer ma main sur sa joue, délicatement et tendrement, et lui dire que je n'avais pas peur pour moi, mais une timidité que je ne me connaissais pas s’emparait de moi au fur et à mesure. Et pour la première fois depuis mon arrivée sur Sheheron, je me rendais pleinement compte des changements qui s’étaient opérés en moi au contact de ce peuple si différent. Auparavant, j’étais un Dom Juan hyperactif et impulsif. Et quand je prenais du recul, je sentais qu’aujourd’hui, je prenais plus la peine de réfléchir avant d’agir. Puis, je n’ai pas eu de relation avec une femme depuis un moment, ce qui me semble être un record. « J’ai commencé à réunir des gens, et j’ai assez d’or pour en payer d’autres. Mes concitoyens, aussi avides soient-ils, préfèreront toujours une paie immédiate à une promesse d’or. Je n’ai vu aucun gros coffre, aucun bijou du côté des Raleigh, j’ai donc l’avantage. » Ainsi donc elle m’en parlait. Ce n’était ni clair ni explicite, mais elle me parlait bel et bien de son projet de résistance. « De quoi as-tu entendu parler, aujourd’hui ? » Doucement, mon petit sourire disparut. Devais-je lui dire ? Elle m’avait avoué son idée, je n’avais rien à lui cacher… Et commencer à se mentir avant même notre mariage était une bien mauvaise idée. « Je… Je suis désolé Valenna... » J’aurais aimé qu’elle comprenne d’un regard que j’étais tombé sur sa conversation, la sienne, par hasard mais je ne savais pas quel message elle allait exactement recevoir si je n’éclaircissais pas les choses. « Je m’étais faufilé dans le palais pour essayer d’obtenir des informations, utiles ou non et j’ai du me cacher. Je suis entré dans une pièce et tu discutais avec quelqu’un dans la pièce d’à côté… Je n’ai entendu qu’une ou deux phrases, je t’assure ! Quand j’ai compris qu’il s’agissait de toi, j’ai fait demi-tour et je suis revenu ici » Ce devait être l’heure des remords car soudain, je me sentis mal à cause de cet après-midi alors qu’en soit, je n’avais rien écouté de trop personnel. « Je t’ai entendu parler de résistance… Et j’avoue avoir voulu tester la confiance que tu me portes… Je suis désolé d’avoir douté ».

_____________________________________________________________


Aladdin:
 
what do we say to the God of Death ? not today:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☞ MESSAGES : 27
☞ ARRIVÉ(E) LE : 22/05/2012
☞ LOCALISATION : Sheheron

Carnet de voyage
☞ CITATION: Everyone deserves light
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: courage is resistance to fear, mastery of fear, not absence of fear. — feat. Valenna   Sam 18 Aoû - 18:56



VALENA && MARKUS
dragon and eagle against lion
Ma question posée, Markus prit un air grave que je préférais ne pas interpréter. Pourtant, des idées noires, pour ne pas changer, me vinrent. Et s’il avait entendu des insulaires louer les Raleigh ? « Je… Je suis désolé Valenna » Mon sang ne fit qu’un tour lorsque j’entendis ces mots. Venaient-ils mettre un terme à mes rêves de liberté ? « Je m’étais faufilé dans le palais pour essayer d’obtenir des informations, utiles ou non et j’ai dû me cacher. Je suis entré dans une pièce et tu discutais avec quelqu’un dans la pièce d’à côté… Je n’ai entendu qu’une ou deux phrases, je t’assure ! Quand j’ai compris qu’il s’agissait de toi, j’ai fait demi-tour et je suis revenu ici ». Soulagée, je ne pus m’empêcher de lâcher un soupir. J’avais raison, il m’avait entendu. J’avais bien fait de lui en parler avant. Je n’osais imaginer les conséquences d’un mensonge éhonté sur la confiance que nous tâchions difficilement de créer entre nous. De plus, cela signifiait qu’aucune mauvaise rumeur ne nous étaient parvenue, à lui ou à moi. Et, en soi, cela revenait à une petite victoire. « Je t’ai entendu parler de résistance… Et j’avoue avoir voulu tester la confiance que tu me portes… Je suis désolé d’avoir douté ». Un sourire vint se ficher sur mon visage. Probablement ridicule au vu de la situation, mais c’était plus fort que moi. Je m’entendis éclater d’un rire franc, mais assez discret (n’oublions pas que nous sommes en cavale, si je puis dire). Un rire nerveux, sans doute, mais que je ne pouvais contrôler. Reprenant mon souffle, je tentais de m’expliquer. [color=white]« Excuses-moi… C’est que… il y a tant de mauvaises nouvelles… que je m’attendais au pire. » Je me raclai la gorge pour étouffer les derniers sons de cette hilarité et essuya la petite larme au coin de mon œil. Tous les muscles de mon corps semblaient se détendre à présent. [b]« Je te fais confiance, Markus. Plus qu’à quiconque, mis à part ma sœur. Même si cela doit déplaire à mes concitoyens, je remettrais ma vie entre tes mains. Et seuls les ancêtres savent à quel point nous avons besoin de la confiance de l’un et de l’autre en ces temps. » Je souris faiblement mais ne pus m’empêcher de vouloir reprendre ces paroles. Oui, je lui faisais confiance, entièrement. Mais cela ne voulait pas dire qu’il me faisait confiance. Décidément, il fallait croire que je perdais mes facultés d‘oratrice. Je tâchais de trouver quelques mots pour rattraper le tout, mais rien ne me vint. « Je suppose que tu connais déjà bien la ville, mais il faut que je te parle de certains endroits, et de l’emplacement des troupes Raleigh. » Noyer le poisson, voilà. Je me saisis d’un couteau émoussé et commença à tracer un plan simplifier de la ville dans la terre qui composait le sol. « La porte Nord est fortement gardée, comme tu le sais déjà, je suppose. Il n’y a que deux hommes à chaque autre porte. L’endroit le plus facile d’accès est l’Est, au petit matin. C’est par là qu’entre les marchands, à partir de 7h. Et à 7h30, il y a la relève. » Au fur et à mesure de mon énoncé, je dessinais aux endroits indiqués des traits ou des croix. « Je t’en conjure, cependant. N’utilise cette entrée qu’en dernier recours. » Le couteau pointé sur la carte, je tâchais de saisir le regard de Markus. « Je vais t’indiquer une autre entrée, mais il faudra que tu gardes son emplacement secret, jusque dans la tombe. Léandra elle-même en ignore l’existence. » J’inspirais profondément. J’allais dévoiler un secret de chef du commerce. Un secret que je m’étais juré d’emmener dans la mort et de ne léguer qu’à mon successeur, notamment parce qu’il servait de passage entre la salle du trésor et l’extérieur. Mais nécessité faisait loi. Et je ne doutais pas une seule seconde que Léandra aurait dévoilé quelques-uns de ses secrets pour la sécurité de son île. « Sous les remparts de la cité… » Je faillis dessiner l’emplacement sur la carte, mais me retint. Nous n’étions jamais trop prudents. « Dans les cavernes avoisinantes, il y a l’entrée d’un souterrain, je t’y amènerais. Il passe sous le rempart Ouest et mène à plusieurs endroits stratégiques. » Je préférais pour l’instant omettre qu’il conduisait principalement à la chambre forte. « Il est cependant truffé de piège en tout genre, qui datent pour la plupart de la construction de la ville. J’indiquerais leur présence par… » Je regardais ce que je portais sur moi. [color=white]« Des rubans verts. Je les accrocherais aux endroits que tu ne dois pas toucher. » Je commençais à défaire une de mes nattes un peu trop travaillées à mon goût pour exposer le susnommé ruban au regard de mon fiancé. [b]« J’aimerais cependant que tu attendes quelques jours avant de l’emprunter. Il me reste quelques nobles à corrompre. » J’imaginais mal Markus sortir du jardin du vieux Peringold comme une fleur sans que celui-ci ne lui fasse un trou dans la poitrine. Ou du moins qu’il essaye. J’attendais les questions de Markus, tout en énumérant les noms à soumettre et le montant d’or nécessaire à l’action.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: courage is resistance to fear, mastery of fear, not absence of fear. — feat. Valenna   

Revenir en haut Aller en bas
 

courage is resistance to fear, mastery of fear, not absence of fear. — feat. Valenna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The cave you fear to enter holds the treasure you seek. (23/07, 16h00)
» Knock, Knock... Who's There ? The Cry of Fear ~ [PV Evidemment]
» The Walking Dead (Saison 6) + Fear The Walking Dead (Saison 1)
» It takes courage to admit fear » jackson.
» wyclef a-t-il le courage d'un revolutionnaire?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHEHERON :: SHEHERON :: LA FORÊT DU GRAND DRAGON Ҩ :: les cavernes-