AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
# N'oubliez pas de voter pour SHEHERON ™️ sur TOP 50 Rpg !
# N'hésitez pas à poster sur Bazzart & PRD et faire connaître le forum !
# Halte Invité ! Es-tu prêt à te lancer dans la quête de pouvoir pour la mystérieuse île de Sheheron?
# Les temps sont difficiles, continent ou pas... chapitre II
# Pour des raisons de surpopulation, nous n'acceptons plus les inventés de Farelden !
# Farelden: glacial, neige, pluie. || Calenhaad: clément, globalement ensoleillé.
# Ilmaen: frais, globalement nuageux. || Haldreïn: froid, ensoleillé.
# Albyon: frais, ensoleillé. || Sheheron: chaud, couvert.
La tendance est au noir et blanc actuellement, suivrez-vous la mode ?
Les signatures se teintent de nostalgie et prennent les couleurs de Disney, rendez-vous ICI pour en savoir plus

Partagez | 
 

 Only ruins will remain ~ feat. Leandra & Cylas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GOD ☞ si je regarde en arrière, c'en est fini de moi

avatar

☞ MESSAGES : 828
☞ ARRIVÉ(E) LE : 18/01/2012
☞ LOCALISATION : par volen

Carnet de voyage
☞ CITATION: So I, I won't be the one, be the one to leave this, in pieces.
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Only ruins will remain ~ feat. Leandra & Cylas   Sam 23 Juin - 9:28


only ruins will remain

La douceur matinale n'arrivait nullement à me tromper sur les intentions de l'homme qui m'avait fait quérir. La situation était désespérée. Je n'étais pas défaitiste, mais j'étais réaliste. Nous n'avions aucune chance. Et lorsque le sentiment d'impuissance arrivait à s'effacer, un profond malaise de culpabilité m'emportait. Etait-ce ma faute? Avais-je été trop tendre avec les continentaux? Si je ne l'avais pas été, la situation en serait-elle différente pour autant? Me torturer avec cela ne servirai sans doute à rien à part alimenter ma culpabilité, mais je ne pouvais pas m'empêcher de me demander si tout ceci était ma faute. Si c'était le cas, pourquoi est-ce que les ancêtres me tourmentaient-ils avec cela? Aurais-je encore un rôle à jouer dans cette histoire? N'en avais-je pas fait assez? Comment être sûre de mes actes alors que je ne savais même pas où j'en étais moi même?

Ce que je savais en revanche, c'était que j'étais prisonnière. Cylas Reyne, portant les drapeaux des Raleigh si ma mémoire était bonne avait débarqué sur Sheheron, prétextant une invasion Blackain. Si le peuple avait été rapide à me faire confiance, il l'avait tout aussi été à détester les Blackrain, alors qu'aucune preuve n'étayait les dires du lord Raleigh. Je ne savais pas quoi en penser, mais ceci était en revanche l'occasion rêvée pour Warand. Il n'avait pas trop insisté verbalement sur le "je te l’avais bien dit" mais son regard en disait long. Depuis ce temps là, le dit Cylas s'était arrangé pour que je sois seule, tout le temps. Il m'avait clairement fait comprendre ce qu'il attendait de moi, mais mon manque de coopération l'avait -disait-il- forcé à m'isoler le temps que je "revienne à la raison". Je ne pouvais pas trahir le secret des Dragons, je ne pouvais pas lui donner le moyen de gagner l'ascendant sur nous. Je ne pouvais pas le faire. Mais j'avais peur des conséquences que cela aurait si je refusais de lui obéir.

J'avais pendant plusieurs jours espéré voir les voiles des Blackrain à l'horizon, qu'ils viennent démentir ses horribles rumeurs et qu'ils permettent à Sheheron de retrouver sa légitimité. Cette pensée me fit sourire. Warand aurait ma tête s'il savait que j'envisageais de telles trahisons. La rumeur disait que Denerim était assiégée. Et j'avais un curieux sentiment d'angoisse lorsque j'y pensais. Comment la situation avait-elle pu dégénérer à ce point? Je pensais aux Blackrain, au seigneur Aaron, à sa douce épouse, à Arès, si courtois et à Markus. Markus. Je n'avais eu aucune nouvelle de lui, rien ne m'était parvenu pendant un long moment. J'avais osé espérer qu'il était de retour chez lui, en sécurité. Cela valait mieux pur lui que de se trouver sur l'île, où il risquait un sort pire que la mort s'il était trouvé. Seulement l'on m'avait ensuite dit qu'il était mort, avant que lui même ne démentisse cette assertion. Voilà pourquoi j'étais si maussade ces derniers jours. Personne ne viendrait nous sauver, les Raleigh s'en étaient assurés. Denerim avait autre chose à traiter que de s'occuper de nous, pauvres insulaires. La résistance devrait se faire ici. Sans l'aide de personne.

Les gardes qui m'accompagnaient s'arrêtaient devant l'entrée de la tente, attendant comme un signal que je ne vis pas, puis ils me poussèrent à l'intérieur, lentement mais fermement. Le plus gros atout de Reyne pour l'instant était que le peuple ne soupçonnait rien. Il ne risquait pas d'avoir une révolution sur les bras. Je me frottais l'épaule en entrant dans la tente, découvrant Cylas. Il arborait fièrement une cape rouge, décorée de son emblème, ainsi que plus loin, un bouclier lion était posé sur la table. Son plus fidèle soldat, toute habillée de pourpre se trouvait toujours à ses côtés. Je crois qu'on l'appelait Fauve. Drole de nom, son regard avait plutôt tendance à vous glacer sur place qu'autre chose. Cylas eut un rictus que je trouvais malsain, ce qui me fit lui parler avec violence, décrochant un regard loin d'être dupe à son petit jeu. Combien de temps pensez-vous que le peupe va croire à cette petite mascarade? Il ne leur faudra pas longtemps pour comprendre que vous êtes le seul envahisseur dont nous devrions nous protéger, lord Reyne.

code by biscotte

_____________________________________________________________

❝TELL ME NOW WHO YOU SEE❞
Long ago your name a shadow in my dreams The white brave still searching Raining winds fall apart I believe your heart Tell me now what you see Tell me what you feel Now you're here tell me Tell me now what you know Never let me go Tell me now what you see (c) pepperland


Dernière édition par Leandra R. Paragon le Dim 24 Juin - 9:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☞ MESSAGES : 172
☞ ARRIVÉ(E) LE : 28/05/2012
☞ LOCALISATION : Sur le territoire de Sheheron au nom des Raleigh

Carnet de voyage
☞ CITATION: Power resides where men believe it resides
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: Only ruins will remain ~ feat. Leandra & Cylas   Dim 24 Juin - 8:20




*

Pour la première fois depuis de longues semaines, Cylas Reyne jubilait, et il ne s'en cachait absolument pas. Sa bonne disposition d'esprit avait même quelque chose d'un peu effrayant. Ses subalternes peu habitués à ses démonstrations de jovialité se retrouvèrent déstabilises au début, et puis s'y étaient fait. La cause de cette félicité ? La Mère des dragons bien sûr ! La plupart des soldats ignoraient son identité réelle, sachant juste qu'elle avait certainement un rôle important pour que leur maître lui prête autant d'attention. Et maintenant, elle était à lui, captive de tous les délicieux tourments dont il détenait le secret. Ça n'avait pas été difficile d'isoler cette femme, le seul problème étant en la personne de son époux Warand. Celui-ci ne pouvait forcer le campement qui était trop bien défendu. Cylas installé dans ses quartiers avec pour agréable compagnie sa dévouée Fauve, ordonna qu'on aille chercher sa prisonnière. C'était l'heure de la travailler sur son petit secret. Ils avaient déjà eu une discussion sans manières ni détour sur l'objet de convoitise du général, à savoir les dragons. Évidemment son hôte muette comme une tombe ne cédait pas au premier abord. Il lui avait laissé le temps de réfléchir une journée seule, histoire de la faire mariner sur le bon choix. Celui-ci était simple : elle lui révélait ce qu'il désirait et aucun mal ni à elle ni à la population ne serait infligé. Dans le cas contraire, elle pourrait s'estimer comme responsable des massacres qui s'en suivraient en représailles. Le cœur tendre des femmes ne peut résister à un tel dilemme. Elle avouerait, tôt ou tard. Cela était une évidence. Mais en attendant, Cylas éprouvait l'envie de jouer un peu avec elle et de ce fait accélérer le processus des aveux. Tourmenter cette fille était un loisir dont il aurait pu se repaître des siècles durant mais s'emparer des dragons ne nécessitait aucune perte de temps. Plus ils attendaient, plus les ennemis de tous horizons des Raleigh deviendraient forts.
Encadrée par deux soldats, les mains ligotées, Leandra Paragon s'offrit à son regard brûlant de convoitise. Une beauté irréelle typique de Sheheron. La cascade de sa chevelure d'un blanc pur se balançait dans son dos, effleurant légèrement la naissance de sa croupe. Sublime. Une perle inestimable que Cylas ajouterait à sa collection. Dans son regard déterminé brillait un soupçon d'innocence. Bien des seigneurs auraient cédé des montagnes de richesses et de trésors pour obtenir une telle créature. Vraiment, elle était fascinante...Un sourire narquois se profila sur son visage. Il la briserait pour connaître son secret et en retirerait une joie infinie. Et puis après, quand toute cette guerre serait terminée et qu'il régnerait en maître incontesté de l'île, il mettrait en œuvre ses projets particuliers pour elle. Un jour, de gré ou de force, elle serait sienne. L'insolence de ses paroles excita son goût pour les défis. Elle n'aurait définitivement pas du faire ça, précipitant par son courage sa chute.
« Le peuple croira ce que son futur seigneur lui dira ma chère.... Voyez-vous ce n'est pas mon but de convertir tous ces paysans à ma cause, il y a des choses plus importantes qui me préoccupent. »
Ses hommes quittèrent la tente toute teintée de rouge et d'or. Le général fit également un signe discret à Leah pour qu'elle s'en aille. Il ignora son air surpris et après un instant d'hésitation elle obéit à son ordre. Il savait qu'elle n'aimait pas le laisser seul, avec une prisonnière en plus, mais jamais elle n'irait à l'encontre de sa volonté. Cylas et Leandra se retrouvèrent donc seuls. Il se leva de son siège pour avancer lentement vers sa proie. D'un bref mouvement d'épaules, il fit tomber à ses pieds sa cape couleur de sang sans s'arrêter de marcher. Le regard hypnotisé par la belle captive, il se délectait d'avance de toutes les possibilités s'offrant à lui. Mais il ne pouvait pour commencer que la torturer psychologiquement. De toute façon ce serait efficace. Savoir son peuple en danger lui délierait la langue. Il s'immobilisa, son torse à quelque centimètres à peine de celui de la jeune femme. Il s'amusa de sa petitesse car il devait au moins faire une tête et demi de plus. Il attrapa la dague accrochée à sa ceinture et fit glisser la pointe de la lame sur la nuque blanche. L'instant effroyable et merveilleux où il pouvait lui ôter la vie selon sa volonté lui arracha un frémissement. Il se ravisa et avec un sourie rompit les liens qui retenaient les mains de Leandra. Il rangea son arme et s'éloigna d'elle en lui tournant le dos.
« Ce n'est pas la peine de chercher à vous enfuir et personne ne viendra vous sauver. Votre seule chance dépend de ma survie, alors je vous conseille d'éviter ce qui ne saurait se réparer. »
Cylas s'empara du couteau appuyé sur un plat rempli de fruits et le jeta à terre, hors de portée de la Mère des dragons. Il ne pouvait se permettre de prendre de risque, même une femme était en mesure d'actes terribles. Il ne voulait pas que leur entrevue dérape à son désavantage, avec ces sauvages de Sheheron il fallait s'attendre à tout. Il pivota pour se diriger à nouveau vers elle. Il mourrait d'envie de se laisser aller à un moment de détente en la plaquant contre le sol mais il valait mieux éviter avant qu'elle ait avoué. L'air bienveillant, il caressa sa joue. Sa main descendit au creux de sa gorge. Le contact de sa peau était agréable et prometteur de plaisirs incroyables. Il eut une brève pensée pour Warand et se demanda comment ce sauvage avait-il pu avoir une telle créature. S'il voyait ce qu'il se passait à cet instant même dans cette tente...
« Alors, la nuit vous a t-elle assagie ? Êtes-vous décidée à parler ? Je vous rappelle que le sort de votre petite île en dépend... Je ne pense pas que cela vous ravirait que je brûle tout, n'est-ce pas ? Alors, parlez-moi un peu des...»
Sa bouche s'entrouvrit mais ne proféra aucun son. Cylas fixait le regard têtu de la jeune femme et s'y perdait de temps à autre. Quelle femelle fascinante. Une de ses mains glissa sur une épaule, remonta jusqu'à sa nuque puis se plongea dans les longs cheveux d'argent. Lorsqu'il prononça le mot fatidique, sa poigne se resserra sur la chevelure pour tirer en arrière la tête de sa prisonnière.
« … Dragons... » Souffla t-il


(c) Elessar

_____________________________________________________________

And that's the beginning:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GOD ☞ si je regarde en arrière, c'en est fini de moi

avatar

☞ MESSAGES : 828
☞ ARRIVÉ(E) LE : 18/01/2012
☞ LOCALISATION : par volen

Carnet de voyage
☞ CITATION: So I, I won't be the one, be the one to leave this, in pieces.
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: Only ruins will remain ~ feat. Leandra & Cylas   Dim 24 Juin - 10:05


only ruins will remain

Ma petite phrase de défense sembla le déranger autant que l'aurait fait un moustique qu'il pouvait écraser d'un doigt. Je bougeais mes mains, tentant d'en tirer un peu de confort malgré les liens qui les enserraient. Il était certain que le temps viendrait où le peuple comprendrait ce qui se tramait. Et à cet instant, j'osais espérer qu'ils prendraient mon parti, conduits par la rébellion, l'envie de justice, ou simplement la volonté de survivre. Les Raleigh étaient les ennemis, sans aucun doute. Les paroles de Markus me revenaient en mémoire, tout ce que je lui avais promis, tout ce que je m'étais promis. Je ne pouvais pas le décevoir, pas maintenant alors que je me trouvais à la croisée des chemins.

Je me souvenais aussi de ce que je lui avais dit, ces mots qui restaient gravés dans ma mémoire, puissants, ardents, et pourtant si terrifiants. Je devais leur permettre de se défendre, de trouver les armes pour faire face à cette invasion. Et la seule façon de faire cela était pour moi de gagner du temps. Comment le pouvais-je? Je n'avais jamais été très douée pour manipuler les autres, même si je pouvais prendre exemple sur le meilleur, Warand. A son tour, son image chassa celle de Markus. Etait-il en train de rassembler ses troupes? Avait-il trouvé une quelconque solution? Avait-il la moindre idée d'où j'étais? En avait-il seulement cure? Du mouvement à mes côtés me remit les pieds sur terre. Cylas venait d'ordonner à ses gardes de sortir, même sa plus fidèle, la femme pourpre. Il me fixait, intensément, me déshabillait du regard. Il allait sans dire que cela me dérangeait, même si le plus préoccupant était que nous étions à présent seuls.

L'émissaire Raleigh finit ensuite par se lever de son fauteuil, lentement, me fixant encore et toujours avec ce même air, de possession, d'amusement, de domination. Il laissa sa cape tomber au sol, avant de tirer un poignard sorti de nulle part. J'esquissais un pas de recul, mais c'était déjà trop tard, il était là. A quelques centimètres de moi, je devais lever les yeux pour le regarder, et je m'efforçais de soutenir son regard, même si ses yeux me brûlaient. Le baiser de l'acier sur ma nuque m'arracha un frisson, et brusquement, mes liens se coupèrent, et il était reparti. Je frottais mes poignets, regardant désespérément autour de moi, à la recherche d'une solution, échappatoire, ou une arme. Rien de tout cela ici, malheureusement, je le compris lorsque sa voix doucereuse s'éleva jusqu'à moi. « Ce n'est pas la peine de chercher à vous enfuir et personne ne viendra vous sauver. Votre seule chance dépend de ma survie, alors je vous conseille d'éviter ce qui ne saurait se réparer. »

Au bout d'un moment silencieux, il pivota à nouveau vers moi, puis se rapprocha. Cette fois j'avais fait un pas en arrière, mais il m'avait de nouveau stoppée. Une main passa sur ma joue, et tout mon corps se révulsa de ce contact, froid, dur, aussi dur que la pierre. Je ne céderai pas. Ma vie ne m'importait que peu, ce qui importait était qu'il ne mette jamais la main sur ce secret qui était le mien, mais qui pouvait signifier la destruction de Sheheron toute entière. Je tentais de maîtriser ma respiration, mais la seule envie que j'avis était de me laisser tomber par terre. Je me mordis la lèvre, me forçant à résister, pour tout ce en quoi je croyais, pour moi, pour Markus, pour Warand, pour tous ceux qui étaient susceptibles de nous aider. Sa main se tenait prête à présent à encercler ma gorge, et pendant un instant, je craignis le pire. Sa voix glaciale me transperça de part en part. « Alors, la nuit vous a t-elle assagie ? Êtes-vous décidée à parler ? Je vous rappelle que le sort de votre petite île en dépend... Je ne pense pas que cela vous ravirait que je brûle tout, n'est-ce pas ? Alors, parlez-moi un peu des... » Sa main descendit jusqu'à mon épaule, passant par dessus le tissu de ma robe claire, et il attrapa une mèche de mes cheveux blancs. Je me forçais alors à prendre une inspiration. Il tira violemment ma tête en arrière lorsqu'il prononça le mot que j'attendais, me faisant tituber, et un effort surhumain me remit en place.

Une demi douzaine de répliques me virent à l'esprit, alimentées par la colère, la crainte, inspirées par l'imitation de ce que Warand ferait. Il me fallut une seconde pour les considérer, avant de lui en offrir une, peut-être téméraire, mais je me sentis mieux pendant une seconde. « Vous pouvez me faire ce que vous voulez, cela ne changera rien à la situation. Le peuple ne vous acceptera pas, pas plus que les ancêtres ne vous croient digne d'obtenir se secret. » Nier leur existence était inutile, surtout qu'il était au courant bien avant qu'il ne m'interroge. Se reposer sur la religion était-il vraiment une bonne idée? Je ne le voyais pas homme particulièrement pieux, mais avoir toute l'île de Sheheron contre lui changerait-il son but? Sans doute pas. S'il y avait bien une chose qu'il avait essayé de me faire comprendre, c'était que nul ne s'opposait à lui. Je devais lui rendre la tâche bien difficile. Ou amusante.

code by biscotte

_____________________________________________________________

❝TELL ME NOW WHO YOU SEE❞
Long ago your name a shadow in my dreams The white brave still searching Raining winds fall apart I believe your heart Tell me now what you see Tell me what you feel Now you're here tell me Tell me now what you know Never let me go Tell me now what you see (c) pepperland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☞ MESSAGES : 172
☞ ARRIVÉ(E) LE : 28/05/2012
☞ LOCALISATION : Sur le territoire de Sheheron au nom des Raleigh

Carnet de voyage
☞ CITATION: Power resides where men believe it resides
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: Only ruins will remain ~ feat. Leandra & Cylas   Dim 24 Juin - 13:43




*

« Oh, voyez-vous ça... Alors dans ce cas je peux faire tout ce que je veux ? Etes-vous certaine de ce que vous dites ? Quel courage... »
La proposition était certes alléchante. Cylas ne sut déterminer si c'était folie téméraire de sa part ou acte délibéré. Il lui parut qu'elle fonçait tête baissée dans le piège. N'avait-elle donc aucun instinct de conservation ? Les insulaires avaient le sang aussi chaud que les Blackrain. Tant de points communs, peuples pseudo « martyres ». Il devait également trouver le moyen de sonder son opinion sur les Blackrain. Avait-elle été en contact avec le prince Markus ? Les hommes du général n'étaient pas parvenus à le trouver et continuaient de le traquer à travers l'île. Le capturer ne serait qu'une question de temps à présent. Il lâcha la chevelure blanche de Leandra puis s'éloigna d'elle. Tout en parlant, il saisit un pichet pour verser de l'eau dans un verre. Il le posa à l'intention de son invitée sur une table non loin d'elle. S'il pouvait lui infliger les pires tourments, la courtoisie était aussi envisageable. On pouvait se passer de la cruauté pour obtenir ce que l'on désirait. Au début en tout cas. La jeune femme aurait du comprendre que si elle coopérait toute de suite, cela arrangerait bien la situation de tout le monde. Pourquoi cette obsession de mener une rébellion ? Pourquoi résistait-elle avec tant de fougue ? Les habitants de l'île se sentaient-ils à ce point menacés ? Quelle paranoïa infondée...
« Cessez de vous réfugiez derrière votre excuse pitoyable du peuple. Je n'ai jamais voulu sa mort, et sous mon règne la populace sera traitée comme il se doit, avec abondance de nourriture, de soins et d'éducation. Sa prospérité sera assurée. Seulement, les choses ne se passent pas ainsi sur le continent. Les gens sont divisés et ne cessent de se quereller. C'est pourquoi j'ai besoin des dragons pour qu'il n'y ait plus qu'un seul royaume, un seul Roi. Comprenez vous votre égarement ? J’œuvre pour une mission de paix qui vous semble vous dépasser complètement. » Déclara t-il d'un ton sec
La convoitise animant son regard cessait de briller pour laisser place à l'agacement. Il se détourna de Leandra. Il jeta un coup d’œil aux bannières représentant le lion accrochées aux pans de la tente. Oui, il fallait unir toutes les contrées, que cela plaise ou non aux élites gouvernantes. Il le savait pertinemment, bientôt le Roi Maekar mourrait. Son grand âge ne trompait personne, ce monde ne serait sous peu plus le sien. Lorsqu'il serait parti, Cylas ne laisserait en aucun cas ses héritiers naïfs le remplacer. Si cela se produisait, une fois de plus le cycle de la dynastie des Rois s'enclencherait. Des nouvelles guerres, des nouvelles discordes, et surtout des nouvelles victimes. Le général avait eu cette idée merveilleuse quelques jours plus tôt : et pourquoi pas un monarque unique ? Et ce serait lui bien sûr. Son attention se dirigea vers sa prisonnière. Si belle... Si obstinée dans la voie qu'on lui avait enseignée depuis toujours, tout comme lui l'avait été.
« Votre esprit est embrumé par des traditions désuètes dont vous ne saisissez pas le sens. N'avez dont jamais douté, Mère des dragons ? » Murmura t-il d'une voix suave.
Sans détacher son regard du sien, il tournait lentement autour d'elle, tel un prédateur encerclant sa proie. Mais lord Reyne ne désirait pas l'effrayer. Il fallait juste qu'elle lui dise où se cachaient les dragons. Et même qu'elle l'aide dans son projet. Il trouva délicieux le fait de semer le doute dans son esprit, de la forcer à s'interroger sur des choses que d'ordinaire elle n'aurait pas remis en question. Et peut-être alors saisirait-elle l'ampleur et la beauté du plan de Cylas. Peut-être consentirait-elle à devenir sa Reine. Elle n'imaginait pas la splendeur de leur future existence, de celle de tous les hommes et femmes si elle acceptait d'aller à l'encontre de ce que tous ces sauvages lui ordonnaient. Positionné dans son dos, il se pencha pour lui murmurer des paroles que jamais, ô grand jamais, il n'avait partagées avec quiconque. Il lui révéla son propre secret, avec l'espoir qu'elle comprenne et lui révèle le sien à son tour.
« Mère des dragons, vous détenez un savoir qui doit profiter aux peuples libres. Devenez celle que vous êtes. Accomplissez l'oeuvre de paix que les Dieux désirent voir sur toutes les terres de cet univers. Unifiez-nous avec les dragons. Vous savez que vous en êtes capable, vous l'avez su dès que vous êtes venue au monde. Vous êtes différente. Garder un secret n'aidera pas les gens, utilisez votre potentiel. Devenez la grande Reine de justice et d'amour que vous soupçonnez être depuis toujours en votre cœur. Devenez... Ma Reine... »
Ses bras enlacèrent avec douceur les hanches de la jeune femme dans un geste protecteur. Sa joue s'appuya contre la tempe de la Mère des dragons. Son parfum exquis lui fit tourner les sens mais il restait bien sur terre. Il la voulait, elle et son secret. Il espéra de tout son être qu'elle accepte de se tenir désormais à ses côtés même si au fond il savait qu'il n'y avait aucune chance pour qu'elle le fasse. La tenir contre lui un bref instant lui illumina la voie des illusions. Le rêve deviendrait-il réalité ? Les Dieux se montreraient-ils généreux envers lui, lui qui servait leur juste cause ?
Rien n'était moins sûr.

(c) Elessar

_____________________________________________________________

And that's the beginning:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GOD ☞ si je regarde en arrière, c'en est fini de moi

avatar

☞ MESSAGES : 828
☞ ARRIVÉ(E) LE : 18/01/2012
☞ LOCALISATION : par volen

Carnet de voyage
☞ CITATION: So I, I won't be the one, be the one to leave this, in pieces.
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: Only ruins will remain ~ feat. Leandra & Cylas   Lun 25 Juin - 11:45


only ruins will remain

Cylas relâcha son emprise, me permettant de regagner ma respiration, et il fit quelques pas, attrapant verres et pichet d'eau. Il remplit le verre à moitié, puis il le posa sur un coin du meuble, non loin de moi. Je respirais doucement, me sentant de plus en plus mal. Comment faisait-il pour me mettre aussi mal à l'aise? Etais-je trop sensible, trop faible? Ce qui était sûr, c'est que je n'étais pas bâtie pour ce genre de tâche. Que m'était-il passé par la tête, bon sang? Warand, Markus, même Valenna avaient plus de cran pur réussir ce genre de mission. Pourquoi avais-je voulu sauver la mise, moi, toute seule? C'est exactement ce que Cylas me dit, en reprenant la parole d'un ton claquant. « Les gens sont divisés et ne cessent de se quereller. C'est pourquoi j'ai besoin des dragons pour qu'il n'y ait plus qu'un seul royaume, un seul Roi. Comprenez vous votre égarement ? J’œuvre pour une mission de paix qui vous semble vous dépasser complètement. »

N'avait-il pas compris mes paroles? Pensait-il toujours que je ne comprenais pas ce qui se tramait ici? La seule chose sur laquelle il ne mentait pas était qu'il voulait les dragons. Le reste, je l'avais déjà entendu, et ce refrain me rendait malade. Il n'avait pas à tenter de me convaincre, je faisais en sorte d'être hermétique à ses mots. Il voulait les dragons, il voulait le pouvoir. Pour lui, ou pour son seigneur? Ceci restait une question à éclaircir, et peut-être un point sur lequel je pouvais gagner du temps. Je me permis de le quitter des yeux un moment, reprenant mes esprits, alors qu'il s'activait à nouveau. Son regard me brûla, et je fus obligée de lui rendre. Alors il s'approcha de moi, commençant à me tourner autour. « Votre esprit est embrumé par des traditions désuètes dont vous ne saisissez pas le sens. N'avez dont jamais douté, Mère des dragons ? » Je me raidis, ne le suivant pas des yeux, tentant de conserver un visage impassible. Je me mis finalement à espérer que quelqu'un n'entre par surprise, pour mettre fin à toute cette lente agonie.

Bien sûr que j'avais douté. Je doutais, souvent, en ce moment même. Je rassemblais le courage que j'avais, pour lui répondre franchement. « Celui qui ne doute pas se trompe souvent. » lui dis-je en pure honnêteté, comme je le pensais. Je ne voyais toujours pas ce que cela venait faire dans notre conversation. Que tentait-il de faire? Me faire penser que j'allais dans la mauvaise direction? « Vous devriez peut-être douter plus souvent, lord Reyne. » Je ne sus dire d'où cette phrase était sortie, mais je n'avais pas pu la maîtriser. J'avalai ma salive, indécise, et attendais la suite des évènements. Sa voix grave déclencha un frisson le long de ma colonne vertébrale. Résonnant au creux de mon oreille, je me sentis défaillir, mais je n'en fis rien. Les mots qu'il prononça me rappelèrent ceux de Warand, la même intonation. Le but étant de convaincre. Malheureusement pour Cylas, ce dont il parlait ne m'intéressait pas, et je n'étais même pas sûre d'en être capable. J'avais beau avoir été préparée pour mon rôle de Gardienne toute ma vie, j'étais bien incapable d'accomplir quoi que ce soit. Je n'avais aucune idée de ce que je devais faire, ne serait-ce que pour appeler les dragons. Ou bien, viendraient-ils à moi, lorsque le moment viendrait?

« Devenez la grande Reine de justice et d'amour que vous soupçonnez être depuis toujours en votre cœur. Devenez... Ma Reine... » Cette fois, je crus tressaillir, mais il sembla que non. Cylas avait déjà raffermi son contact, m'entourant de ses bras. Son souffle chauffait ma tempe, agitait mes mèches de cheveux. Je pouvais presque sentir son battement de coeur si je me concentrai. Cette pensée me souleva le coeur, autant que les paroles qu'il venait de prononcer. Ma Reine.. Pour qui se prenait-il? Mon coeur à moi se mit à battre irrégulièrement, un bourdonnement sourd me monta jusqu'à la tête, m'aveuglant presque de dégoût. Comment osait-il? Je me dégageai brusquement -une chance qu'il n'ait pas trop affermi sa prise sur moi- tentant de me défaire de son odeur. « Plutôt mourir, vous m'entendez? Jamais, jamais je ne vous donnerai ce que vous voulez. Rien ne sert de tenter de me convaincre ou m'amadouer. Quant bien même le voudrais-je, je n'en ai pas le pouvoir comme vous semblez le savoir. » Il me surestimait, c'était certain. Mon coeur battait follement dans ma poitrine, comme témoin d'un acte fou et me condamnant. Je tendais mes poignets, bien décidée à résister le temps qu'il faudra. « Alors tuez moi, ou enfermez moi, car j'emporterai ce secret avec moi. »

code by biscotte

_____________________________________________________________

❝TELL ME NOW WHO YOU SEE❞
Long ago your name a shadow in my dreams The white brave still searching Raining winds fall apart I believe your heart Tell me now what you see Tell me what you feel Now you're here tell me Tell me now what you know Never let me go Tell me now what you see (c) pepperland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☞ MESSAGES : 172
☞ ARRIVÉ(E) LE : 28/05/2012
☞ LOCALISATION : Sur le territoire de Sheheron au nom des Raleigh

Carnet de voyage
☞ CITATION: Power resides where men believe it resides
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: Only ruins will remain ~ feat. Leandra & Cylas   Ven 29 Juin - 19:52




*

La Mère des dragons rompit son étreinte pour se défaire de son emprise. Indomptable créature. Ou idiote téméraire. Le but du « travail » de Cylas était en grande partie de convaincre les autres ; en tant que conseiller il maîtrisait la manipulation mieux que personne. Quelle ironie du sort de constater qu'on ne le croyait pas quand il proclamait la vérité et qu'au contraire on se méfiait de lui lorsqu'il livrait son cœur ouvertement. Pas un diable mot issu de lui en ces derniers instants n'avaient été mensonge. Il comptait bien accomplir tous ces plans. Les paroles brûlantes de Leandra reflétaient malgré elle le feu des créatures qu'elle cachait. Sous ses airs de femme fragile, elle démontrait une détermination étonnante. Elle ne semblait pas craindre la mort. Elle la provoquait même, l'appelait de toutes ses forces pour sauvegarder son secret. Irait-elle jusqu'à défier les Dieux eux-mêmes pour défendre l'énigme des dragons ? Sa résolution au recours du sacrifice étourdit Cylas de colère. Ses traits se crispèrent et il conserva avec de grandes difficultés son sourire. Il n'en avait vraiment plus envie. Son cœur vacilla un bref instant. Cette volonté de choisir le repos dans la tombe plutôt que l'union des vivants le choquait. Il pensait pourtant que les sauvages de l'île auraient des sentiments plus purs que ceux pervertis du continent. Il avait commis un erreur, cependant Leandra n'en était pas condamnée. Elle changerait d'avis. Lord Reyne savait depuis le début que l'insulaire résisterait, c'était couru d'avance. Peu d'ennemis ou d'espions entre ses mains renonçaient à la mort pour avouer leurs informations et ainsi rester en vie. Du moins durant les premières heures. Après ils craquaient et pleuraient comme des chiens grâce à un soupçon de torture. Cependant il était hors de question pour le général d'envisager la moindre torture sur Leandra par principe (que penserait le peuple s'il venait à l'apprendre ? Elle incarnait un symbole trop fort pour qu'on puisse l'éliminer sans conséquences), et également il fallait bien l'admettre, par égoïsme. Qui voudrait d'une femme mutilée et cassée ? Et comme il comptait la faire sienne à l'issue du conflit, il valait mieux pour lui qu'il la préserve... Elle ferait une formidable mère pour ses enfants, il en était persuadé. Mais pour l'heure il devait fédérer tous les royaumes au moyen des dragons.
« La mort... Vous ne la connaissez pas pour en parler avec tant de légèreté. Vous êtes la seule à ignorer vos capacités. Lorsque que vous réveillerez votre esprit vous vous rendrez compte que vous possédez le pouvoir de changer les choses. Rien ne parvient à vous effrayer Mère des dragons, je vous admire. Je comprends pourquoi vous fermez obstinément les yeux. Le malheur ne vous a jamais frappée alors celui d'autrui vous est étranger. »
Il fit un pas vers elle, s'immobilisa un instant en scrutant ses réactions. Il s'attendait à ce qu'elle le repousse encore. En d'autres circonstances il l'aurait laissée tranquille mais il avait l'impérieux devoir de l'oppresser pour qu'elle cède. Elle se trompait. Bien sûr qu'elle lui donnerait ce qu'il voulait ! Comment cela pourrait-il en être autrement ? Cylas percevait chez cette femme un certain manque de confiance en elle. Elle ignorait elle-même tout ce dont elle était capable... Pourtant dans son sang coulait le pouvoir des dragons. Quel casse-tête, à se cogner la tête contre les murs ! L'émissaire Raleigh n'avait pas envisagé cet aspect des choses à savoir sa naïveté sur elle-même. Elle paraissait méconnaître l'étendue de son influence, comme tout le monde sur cette île d'ailleurs. A leur place la première chose qu'aurait fait le général eut consisté en sa mise en sûreté absolue. Son rôle capital dans l'avenir de Sheheron, et au-delà, passait complètement à la trappe dans cette guerre. Les imbéciles... Il prit la main de la jeune femme, ressentit son pouls imperceptible, la chaleur de sa peau, la fine moiteur due à la pression, tous ces détails la rendant plus que désirable. Il poussa un profond soupir avant de replonger son regard azuré dans celui de sa compagne.
« Pourquoi vouloir sauver le monde lorsqu'on ne sait même pas qu'il souffre... Dans un sens je vous comprends mais il est temps que vous changiez de position. La réalité nous attend. Votre vie vous importe peu ? Eh bien, nous allons dans ce cas vérifier si vous vous sentez concernée par celle des autres ma chère. » Dit-il d'une voix rauque dans laquelle se contenait un certain goût insolent du jeu.
Très bien. Il allait mettre en application la seconde méthode qui jusqu'à présent avait le mieux marché avec ses ennemis. Il ne la considérait pas véritablement comme une adversaire nuisible mais il avait décidé d'arrêter de l'épargner. Il allait mettre sa sensibilité à l'épreuve. Pour lui, c'était loin d'en être un jeu mais l'attitude de Leandra le forçait à user des bonnes vieilles méthodes. On verrait bien qui craquerait en premier. Il s'écarta d'elle et appela sa fidèle Leah qui apparut aussitôt à l'intérieur de la tente. Sa curiosité décryptait les moindres changements de son maître et son interlocutrice. Cylas lui adressa un signe de la tête qu'elle comprit immédiatement. Elle disparut à travers les pans battants de l'ouverture de la tente. La guerrière en revient quelques minutes plus tard en tirant un gamin efflanqué à ses côtés. Celui-ci guère agé de plus d'une dizaine d'années regardait en tous sens et paraissait plus que perdu.
Avec un air ennuyé, car ce qui allait suivre l'ennuyait effectivement, l'homme attrapa l'enfant et le fit agenouiller. Il tendit une main vers Leah qui avec un sourire amusé dégaina un coutelas pour le lui donner. Cylas fit jouer l'arme entre ses doigts tout près de la gorge du garçonnet. La blonde se plaça ensuite derrière Leandra pour maintenir ses poignets immobiles dans son dos, histoire qu'elle ne tente rien d'imprudent. L'émissaire Raleigh jeta un coup d'oeil aux deux femmes lui faisant face et se dit qu'il avait rarement vu une image aussi belle. Les deux créatures qu'il préférait réunies devant lui, quelle perspective excitante. Il se reconcentra sur son otage, un vulgaire inconnu capturé alors qu'il volait de la nourriture au campement, avant de déclarer d'une voix posée :
« Vivez ou mourrez Mère des dragons, faites à votre guise. Mais avant vous devez faire un choix. La vie de cet enfant si vous dites ce que vous savez, ou la mort pour lui. Comme vous semblez vous fichez de l'avenir de cet univers, je suppose que cela ne vous dérangera pas que je lui tranche la gorge n'est-ce pas ? »
Il s'agissait à la fois d'une mise à l'épreuve pour qu'elle cède mais également d'un symbole suivant sa logique. Il n'avait pas renoncé à lui faire comprendre qu'elle empruntait la mauvaise voie. Il priait de toutes ses forces pour qu'elle saisisse enfin le pouvoir qu'elle détenait, tout ce qu'elle pouvait en faire et surtout mettre fin aux conflits des royaumes. Choisir la vie signifiait qu'on désirait se battre pour quelque chose. La lâcheté consentie de mourir était inacceptable en ces temps troublés. Son air froid montrait qu'il était prêt à tuer ce gamin s'il le fallait, Leandra ne devait pas en douter un seul instant.


(c) Elessar

_____________________________________________________________

And that's the beginning:
 


Dernière édition par Cylas D. Reyne le Dim 1 Juil - 19:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GOD ☞ si je regarde en arrière, c'en est fini de moi

avatar

☞ MESSAGES : 828
☞ ARRIVÉ(E) LE : 18/01/2012
☞ LOCALISATION : par volen

Carnet de voyage
☞ CITATION: So I, I won't be the one, be the one to leave this, in pieces.
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: Only ruins will remain ~ feat. Leandra & Cylas   Dim 1 Juil - 18:55


only ruins will remain

Pendant un moment, je crus qu'il allait exploser de rire tant ma requête lui semblait ridicule et dégoulinant de naïveté. Il était évident qu'il ne m'enfermerait pas à nouveau tant qu'il n'avait pas obtenu ce qu'il voulait. Et quelque chose me disait qu'il était homme capable d'obtenir ce qu'il voulait. La plupart du temps, pour ne pas dire tout le temps. Ses traits semblèrent changer en un instant, rapide mais bien présent, et son masque d'amabilité se fendit l'espace d'un instant. Il reprit la parole, sa voix grave s'élevant dans les airs, implacable, terrorisante. « Rien ne vous ne parvient à vous effrayer Mère des dragons, je vous admire. Je comprends pourquoi vous fermez obstinément les yeux. Le malheur ne vous a jamais frappée alors celui d'autrui vous est étranger. » Je sentis la colère monter en moi. Il ne me connaissait pas, comment osait-il affirmer de telles choses? J'avais souffert, je souffrais encore aujourd'hui, surtout par sa présence qui me démangeait de malaise, telle une cicatrice fraiche, ou encore par ce sentiment de culpabilité qui me rongeait. Il ne me connaissait pas. Pas comme il le prétendait. Il ne savait pas ce que j'avais fait pour en être arrivée jusqu'ici. Conservant le silence, je serrais néanmoins le poing, tentant de ne pas lui donner la satisfaction qu'il attendait en laissant transparaître mes émotions.

Étonnement, je me mis à penser à Warand. Organisait-il la rébellion quelque part, avec l'aide de Markus? Ferait-il l'impossible pour Sheheron? Prendrait-il une décision dangereuse, mais nécessaire? Savait-il seulement où j'étais? En avait-il cure? A présent, seule, face à mon destin, je regrettais presque les choses que je lui avais dites par le passé. Des choses que parfois sous la colère, je n'avais pas maîtrisées. Tout son contraire, lui qui était toujours rationnel et réfléchi. S'il était à ma place, que ferait-il? Je me surpris à l'imaginer, se tenant un peu devant moi, faisant face à Cylas. Je me surprenais à me perdre dans son regard, oublier toutes ces choses que je lui avais dites, comme si je me rendais compte à présent que tous ses actes avaient été pour Sheheron. Lorsque je pris conscience que je n'étais pas avec Warand, mais bien avec Cylas et que j'étais seule, la vie me parut soudain moins rose. Il se tenait devant moi, je ne l'avais pas même vu approcher. Soudain, il me prit la main, et je frissonnais à son contact rugueux et glacial. Il était répugnant, fou à lier à se battre pour l'asservissement de Sheheron. Lorsque Warand le poussera hors de l'île, il le comprendra. « Pourquoi vouloir sauver le monde lorsqu'on ne sait même pas qu'il souffre... Dans un sens je vous comprends mais il est temps que vous changiez de position. La réalité nous attend. Votre vie vous importe peu ? Eh bien, nous allons dans ce cas vérifier si vous vous sentez concernée par celle des autres ma chère. »

Je restais immobile. Je restais immobile alors qu'il s'écartait de moi, appelant la femme pourpre. Je restais immobile alors que sous mes yeux, elle ramenait un petit garçon aux cheveux noir jais, se débattant comme s'il avait le diable au corps. Et enfin, je restais immobile alors qu'elle venait se placer derrière moi, agrippant mes poignets sans délicatesse. Mais je bondis en avant lorsque Cylas tira sa lame dont le rougeoiement dans le feu me donna la nausée. « Vivez ou mourrez Mère des dragons, faites à votre guise. Mais avant vous devez faire un choix. La vie de cet enfant si vous dites ce que vous savez, ou la mort pour lui. Comme vous semblez vous fichez de l'avenir de cet univers, je suppose que cela ne vous dérangera pas que je lui tranche la gorge n'est-ce pas ? » Il esquissa un mouvement et je jetai mon corps désespéré à leur encontre, avant d'être brusquement arrêtée par la femme pourpre. Me tordant les poignets, je fis une grimace mais retins un cri. Cylas joua un moment avec le poignard, faisant glisser ses doigts le long de la lame. Mon regard passa au garçon, qui terrifié me regardait avec des yeux sombres. Des yeux si sombres.

Je sais que c’est difficile et que je n’ai pas besoin de te le dire… Mais bat-toi. Je veux que tu te battes et que tu restes en vie, et si ce n’est pour moi… pour ton peuple, ta sœur et… ton époux. Les paroles de Markus me revenaient en mémoire, plus forte que jamais, plus puissantes. Et encore plus blessantes. Elles étaient difficiles à respecter, difficiles à comprendre. Je ne pouvais pas me battre, pas contre tant de haine, de cruauté, de méchanceté gratuite. Mais bat-toi. Je veux que tu te battes et que tu restes en vie, et si ce n’est pour moi… pour ton peuple, ta sœur et… ton époux. Je ne peux pas Markus, je ne peux pas, j'en suis désolée, mais quelles sont mes options? Si je le sauve, je trahis mon secret, je trahis mon destin, mon existence, ma mère, tout ce qui fait de moi ce que je suis. Si je le laisses mourir, ce ne sera plus seulement une culpabilité fictive qui me rongera, mais bel et bien des remords, et peu importe la sensation du devoir, les remords passeront toujours au dessus. Je veux que tu te battes et que tu restes en vie, et si ce n’est pour moi… pour ton peuple, ta sœur et… ton époux. Trop peu de temps, trop peu d'alternatives. Etais-je vraiment celle que ma mère croyait que j'étais? Pouvais-je être si insensible à la mise à mort d'un enfant sous mes yeux? Pourrais-je de toute façon vivre avec ceci sur ma conscience, quelle que soit la décision que je prendrai au final? Rien n'était moins sûr. Je veux que tu te battes et que tu restes en vie. La situation me rendait malade, et comme je gardais le silence, Cylas haussa les épaules, avant d'appliquer le couteau sur la gorge du petit qui retint un gloussement. Tentant à nouveau de lui venir en aide, je me précipitai sur lui, mais la femme pourpre me maîtrisa presque sans bouger, et lentement, je fus forcée de m'agenouiller, grimaçant à cause de la poigne de fer de la femme. Je croisais le regard du garçon. « Attendez ! » Je me sentais horriblement mal à présent, l'angoisse me serrait la gorge, mon coeur palpitait frénétiquement, et la chaleur environnante me faisait tourner la tête. Mais surtout, un profond malaise s'emparait de chacun de mes membres, alors que je commençais à me rendre à l'évidence. Je fermais les yeux, baissait la tête, tentant de me calmer et de prendre une inspiration. Au moment où j'allais me rendre, lui avouer ce qu'il voulait entendre, un cri terrifiant déchira l'atmosphère. Un cri puissant, un hurlement, un râle, rauque, guttural, qui fit trembler la tente et vaciller la flamme de la bougie. Un cri à vous glacer le sang, mais un cri qui ne me faisait pas peur. Un cri de dragon.

code by biscotte

_____________________________________________________________

❝TELL ME NOW WHO YOU SEE❞
Long ago your name a shadow in my dreams The white brave still searching Raining winds fall apart I believe your heart Tell me now what you see Tell me what you feel Now you're here tell me Tell me now what you know Never let me go Tell me now what you see (c) pepperland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☞ MESSAGES : 172
☞ ARRIVÉ(E) LE : 28/05/2012
☞ LOCALISATION : Sur le territoire de Sheheron au nom des Raleigh

Carnet de voyage
☞ CITATION: Power resides where men believe it resides
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: Only ruins will remain ~ feat. Leandra & Cylas   Mar 3 Juil - 17:37




*

La lame du poignard effleurait dangereusement la chair tendre du garçon. Celui-ci tétanisé ne comprenait rien à ce qui se passait. Comme cela devait être pénible à contempler pour sa prisonnière impuissante... Cylas fut satisfait lorsqu'il capta le reflet de désespoir dans les yeux clairs de la Mère des dragons. C'était exactement ce qu'il voulait. Enfin elle réagissait. Elle se trouvait au pied du mur. Son cœur supporterait-il la culpabilité de cette mort ? Les amers regrets qui tourmenteraient son âme seraient sans fin ? Cylas ignorait cela car les executions ne lui faisaient en général ni chaud ni froid. Il endurait insensiblement, persuadé que la fatalité du destin de certains était inévitable et souvent méritée. En tout cas, cette méthode efficace faisait une fois de plus ses preuves ! La sensibilité féminine était si aisée à manipuler, il se demanda pourquoi il avait perdu son temps à espérer que la jeune femme retrouve d'elle-même la raison en avouant tout. Elle avait besoin d'un petit coup de pouce. Maintenant il la sentait prête à revenir sur ses positions. Elle se débattit mais la poigne de Leah l'empêcha de faire quoi que ce soit. La blonde semblait démangée par le désir de la frapper mais sa captive avait trop de valeur pour cela. Leandra n'était absolument pas en mesure de gagner par la force, que croyait-elle au juste ! Cylas sourit de plus belle, se gorgeant du plaisir de la victoire. Au fond il restait quelque peu déçu qu'il faille en arriver là pour parvenir à ses fins mais à la guerre tous les coups étaient permis... Il jeta un bref coup d’œil au gamin à sa merci. Quel gâchis de mettre fin aux jours d'un être si jeune. Le général était pourtant résolu à accomplir cette tâche pour délier la langue de Leandra. Et si elle résistait ? Il ferait mander une autre victime, adulte ou pas, et tuerait autant qu'il le faudrait. Le sang était toujours le prix à payer pour obtenir ce qu'on voulait.
« Alors, toujours disposée aux cachotteries ? » Siffla t-il
La femme à la chevelure argentée se démena de nouveau pour que Leah lâche prise. Acte vain. La pression sur ses bras la contraignit à s'agenouiller et regarder la fin du garçon sans pouvoir intervenir. Pourtant, c'était si facile de le sauver. Quelques mots, un peu de coopération, c'était tout ce que Cylas exigeait d'elle. Rien d'insurmontable en somme. L'homme admira les expressions tourmentées de son hôte. Elle paraissait complètement à bout et ne tarderait pas à craquer. Sa respiration saccadée en disait long sur son affolement naissant. Soudain elle cria pour le stopper. Il soupira avec un vague sourire. C'était si adorable de sa part d'enfin mettre au profit de la collectivité son bon vouloir. Son air suppliant faisait peine à voir. Elle était enfin résignée à emprunter la bonne voie. Il éloigna le coutelas de la gorge de l'enfant et allait se relever pour entendre les confidences de Leandra lorsqu'une sensation curieuse le parcourut. Un picotement dans l'échine, un malaise se glissant en lui comme un serpent. Instantanément, un hurlement lugubre perça ses tympans. Jamais il n'avait perçu une telle chose. Elle aurait fait défaillir plus d'un. Le sol semblait gronder en écho. Ses pieds paraissaient appuyés sur une nouvelle vérité. Il comprit tout de suite ce qui se passait. Il avait du mal à y croire. « Les dragons... » Souffla t-il pour lui-même. L'émissaire des Raleigh entendit des cris d'hommes terrifiés en provenance de l'extérieur de la tente ainsi que le son des lames tirées de leurs fourreaux. Fébrile, il lâcha le gamin pour s'avancer vers Leandra. Elle avait réussi. Son désespoir réveillait la fureur des dragons. Il le savait, elle était capable de grandes choses sans en être consciente. Cela s'avérait également dangereux car elle ne contrôlait pas son pouvoir qui ne répondait qu'à ses sentiments instinctifs les plus forts. Il s'accroupit face à elle et attrapa son visage pour qu'elle relève la tête. En lui bouillait une excitation grandiose qu'il contenait pour rester impassible. Dans son regard brillait une étincelle de folie, le sentiment que le début de quelque chose d'extraordinaire commençait en cet instant : la création d'un seul monde. Plus de royaumes se guerroyant, juste un continent uni sous le feu des dragons. Si Leandra ne canalisait pas ses émotions, les dragons n'en seraient que plus féroces et sauvages. Il fallait qu'elle les dirige dans le sens où Cylas le voulait.
« Ma chère... Vous avez réussi... Votre pouvoir est inégalable. Allez vous vous en servir contre moi pour sauver votre petite vie et celle de Sheheron ou œuvrer pour la réconciliation de tous les royaumes ? Tuez-moi Mère des dragons. Ou alors saisissez votre chance d'accomplir quelque chose qui dépasse votre condition. Grâce à ce don vous pouvez changer le monde, comprenez-vous cela ?! »
Il s'était adressé à elle dans sa langue natale, celle de Sheheron. Leah recula pour laisser la jeune femme libre de ses mouvements. Les cris persistaient au dehors et pourtant Cylas restait planté là face à Leandra qui était le cœur de tout ceci. Il ignora les appels de ses subalternes qui entraient dans la tente pour l'informer de la situation plus qu'alarmante. « Monseigneur, que faisons-nous ?! Il y a un dragon dans le ciel et -  » Cylas tourna la tête pour lui intimer le silence. Que le monde s'écroule autour de lui ne changeait pas sa détermination. L'avenir en dépendait. La Mère des dragons devait se ranger à lui pour accomplir ce pourquoi elle était née. Tant d'années à mener des recherches sur ces créatures, tant d'espoirs et de plans ambitieux qui surpassaient tout ce que les monarques de son temps avait osé imaginer. Il touchait enfin au but ultime. Ses efforts récompensés grâce à elle le projetèrent dans un état d'euphorie. N'y tenant plus, Cylas se redressa puis se dirigea vers la sortie sans prendre garde aux cris de Leah qui ne reconnaissait plus son maître. La folie s'emparant de lui rendait son regard halluciné, au gouffre d'une aliénation qui ne pardonne pas. Il souleva brutalement les pans de tissus rouges de la tente. Il ignora les soldats affolés qui couraient en tous sens. Empli d'admiration et d'une convoitise sans égale, il fit quelque pas et se trouva au carrefour des allées du campement. Et là, il le vit. Sublime dans sa force sauvage. Indescriptiblement menaçant. L’orgueil de la nature incarné. Ses yeux s'embuèrent d'humide émotion. Il aurait voulu hurler sa joie. Complètement inconscient du danger, il croyait la créature sienne.

« Monseigneur attention ! »
Il reconnut lointainement la voix de Leah et eut à peine le temps de réagir que déjà il se retrouvait à quelques mètres de là plaqué au sol. Il sentit la chaleur des flammes non loin de là où il se trouvait. D'autres hurlements s'élèverent d'hommes qui avait été touchés. Un vent de chaos s'était abattu sur le camp. « Les... Les dragons... Où sont-ils... » Bégaya l'homme, le regard hagard, poussant la blonde pour pouvoir ramper en direction de la bête. Il s'arrêta net sous le coup d'une gifle sèche. Un peu sonné, il s'affala sur le sol de nouveau « Reprenez-vous Monseigneur ! Il faut vous conduire en sécurité ! » Il cligna plusieurs fois les yeux, comme s'éveillant d'un mauvais rêve. Il n'arrivait plus à définir la multitude d'émotions secouant son âme. Jamais Leah n'avait eu l'imprudence de lever la main sur lui mais là il s'agissait d'une urgence. Il fallait remettre en place les idées de Cylas qui l'avaient confusément conduit à une forme de folie. Il reprit quelque peu ses esprits, se maudissant pour ce moment d'égarement stupide. « Où est la fille ? » Gronda t-il, tremblant d'ardeur.

(c) Elessar

_____________________________________________________________

And that's the beginning:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GOD ☞ si je regarde en arrière, c'en est fini de moi

avatar

☞ MESSAGES : 828
☞ ARRIVÉ(E) LE : 18/01/2012
☞ LOCALISATION : par volen

Carnet de voyage
☞ CITATION: So I, I won't be the one, be the one to leave this, in pieces.
☞ HISTOIRE:

MessageSujet: Re: Only ruins will remain ~ feat. Leandra & Cylas   Mer 4 Juil - 13:41


only ruins will remain

Ce qui suivit fut d'un irréel incommensurable. Alors que le sol tremblait, la lumière vacillait, des cris nous parvenaient du dehors. Je restais immobile, comme bloquée dans cet instant, incapable jusqu'à respirer. Qu'avais-je fait? En étais-je vraiment la cause? Pourquoi, pourquoi maintenant? Cylas s'approcha de moi, mit mon visage en coupe, m'observant avec excitation et délectation. Je me surpris à prolonger son regard, incapable encore de bouger, de penser. Je n'écoutais pas ce qu'il disait, ses lèvres bougeaient, mais aucun son ne me parvenait. La scène semblait irréelle, comme le témoignait et le renforçait l'atmosphère chaude et moite qui nous entourait. Au bout d'une minute, une si petite minute, Cylas sembla perdre l'intérêt pour ma personne, et il se précipita au dehors de la tente, animé soudain d'une émotion que je ne comprenais pas. Il semblait réellement fasciné par les dragons. Mais je ne voyais pas pourquoi. Je n'étais pas responsable de ce qu'il se passait, pas responsable du massacre qui se perpétuait. Etait-ce une diversion, une chance à saisir pour moi de m'échapper? La femme pourpre me lâcha, et alors que je frottais mes poignets, je la vis se précipiter au dehors de la tente. Signe du destin ou non, je tenais ma chance. Me relevant avec difficulté, je m'éclipsais à mon tour de la tente.

A peine le pan ouvert, la fournaise s'abattit sur moi. Le feu brûlait les tentes, parfois même les soldats, qui couraient dans tous les sens. Plus personne ne faisait attention à moi, mais tout le monde courrait pour sa vie. J'aperçus Cylas, puis la femme pourpre qui se jeta sur lui pour l'empêcher de se faire brûler. Je levais la tête, et je le vis. Grand, si grand. Chaque passage au dessus de nos têtes donnaient l'impression qu'il piquait vers nous pour s'écraser. Il hurla à nouveau, projetant un filet de flamme sur un feu de bois qui brûlait non loin de là, inondant les environs d'une lueur orangée meurtrière. Si majestueux!.. Et pourtant si mortel. Deux choses apparemment opposées réunies pour toute l'horreur du monde. Je prenais soudainement conscience du pouvoir qu'ils représentaient, du pouvoir qu'ils donneraient à leur possesseur, de la convoitise qu'ils attiraient. De telles créatures devraient être tenues à l'écart d'une cause ou d'une autre, pour le bien de tous. Un soldat me bouscula, si fort que j'en perdis l'équilibre, ce qui eut pour effet de me faire revenir sur terre. Je devais saisir cette occasion. Je tournais la tête, regardant autour de moi, cherchant une échappatoire. La panique m'empêchait de réfléchir calmement, mais je réussis à remarquer que les chevaux étaient toujours attachés à un poteau. Les bêtes piaffaient, faisant de grands embardées à droite et à gauche, hennissant fortement, sans réussir à couvrir le bruit du dragon. Les oreilles en arrière, la queue battant l'air, les pauvres bêtes étaient prisonnières de leur lacet de cuir. Mon sang ne fit ni une ni deux que je me précipitais vers eux, évitant au maximum les soldats. Evitant de me faire heurter par leurs sabots, je m'approchais et en détachais deux sur trois, avant de m'agripper à la crinière du dernier. Je tentais de le calmer, mais je me rendis compte que je n'y arriverais pas. Un cri me parvint, et, me détournant, je vis un soldat qui prévenait les autres que je m'enfuyais. Plongeant mon pied dans l'étrier, je bondissais sur la bête, et attrapant un coutelas dans la selle, je coupais les liens qui le retenaient au piquet. Sa liberté. Ma liberté.

Le cheval, paniqué mit un moment à réaliser ce qui lui arrivait, et il se cabra, hennissant de plus belle. Je me cramponnais à son encolure, ne respirant presque plus, toussant à cause de l'odeur de chair brûlée, pleurant à cause de la fumée qui me brûlait les yeux. Un nouveau cri me parvint, suivit de très près d'une douleur dans la jambe, marquée par un gémissement. Je baissais les yeux pour découvrir une flèche, en travers de ma jambe. La douleur, d'abord perçante, se fit plus sourde au but de quelques minutes, alors que sans un regard, je me dirigeais vers le nord. Si je prenais suffisamment de vitesse, je pourrai finalement m'enfuir et atteindre le campement de la résistance. Si elle était déjà formée... Si Warand y était... Je revis son visage, et je me rendis compte alors que je désirais plus que tout le revoir. Il était peut-être mon quotidien pas désiré, mais il était mon quotidien, et rien ne me faisait plus envie à présent que la normalité. Je tentais de me redresser, mais ma cuisse percée me fit souffrir. Le cheval s'élançait à présent au galop dans les forêts, terrain dangereux, facile pour se casser une jambe. Laissant derrière moi les brûlures, les ris, le sang et la mort, je laissais mon pied pendre le long du flanc de l'animal, y trouvant une sorte de réconfort, alors que le sang coulait le long de ma jambe. Il ne serait sans doute pas difficile de me pister. Changeant brusquement de chemin, je bataillais avec le cheval pour qu'il traverse la rivière, donnant une tâche plus difficile à mes éventuels poursuiveurs. L'eau me glaça le sang, et je nettoyais ma plaie de façon rapide et sommaire, grimaçant au contact de l'eau fraiche. Claquant de la langue, je mis le cheval au petit trot, puis nous repartîmes au galop.

code by biscotte


HJ: je conclus là, sens toi libre de faire un post pour terminer ton perso, soit ils se lancent à sa recherche, soit quelque chose les en empêche, à toi de voir I love you

_____________________________________________________________

❝TELL ME NOW WHO YOU SEE❞
Long ago your name a shadow in my dreams The white brave still searching Raining winds fall apart I believe your heart Tell me now what you see Tell me what you feel Now you're here tell me Tell me now what you know Never let me go Tell me now what you see (c) pepperland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Only ruins will remain ~ feat. Leandra & Cylas   

Revenir en haut Aller en bas
 

Only ruins will remain ~ feat. Leandra & Cylas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung
» Words drifting in the wind ... (feat. Rafael Alvarez)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHEHERON :: SHEHERON :: PAR VOLEN Ҩ :: le conseil-